Étiquettes

, , , , , ,

vlcsnap-2016-03-12-21h54m20s940

L’été dernier, j’ai commencé à m’intéresser aux récentes productions cambodgiennes, quelques séries développées par KMF (Khmer Mekong Films) étant récemment apparues sur YouTube et quelques autres sites de streaming. Ces fictions ne sont que très peu commentées sur le web, il est difficile de trouver des informations sur le tournage ou sur la distribution. Airwaves, une série de 50 épisodes de moins de 30 minutes, ne fait pas exception, même si une notice peu détaillée lui est consacrée sur IMDb. Pourtant, lors de sa diffusion initiale sur  la chaîne CTN, ce fut un gros succès d’audience (confirmé lors de sa rediffusion sur TV3). Il est vrai que la série ne manque pas d’atouts: le casting est solide, le budget supérieur à la plupart des autres fictions télé du pays, grâce à un financement (nullement désintéressé, comme nous le verrons) des USA. D’autre part, le scénario propose une grande variété d’intrigues et de nombreux rebondissements.

vlcsnap-2016-03-12-22h31m26s184

Airwaves a pour cadre les studios d’une station radiophonique, KMR, émettant depuis Phnom Penh: on y suit l’évolution de la programmation de la radio ainsi que l’existence compliquée des membres du personnel. Imbroglios familiaux, intrigues sentimentales, drames en tous genres se succèdent, alternant avec des passages de franche comédie. De plus, au travers des reportages et interviews des journalistes de la station, la série aborde des problèmes de société, mettant particulièrement l’accent sur les relations entre les communautés religieuses du Cambodge et les difficultés d’intégration de la minorité musulmane. A noter qu’à part le générique, les musiques que l’on entend au fil des épisodes sont uniquement celles diffusées par les radios: il y en a pour tous les goûts, même si c’est majoritairement de la pop.

vlcsnap-2016-03-12-22h22m21s982

Bopha (Sveng Socheata) dirige la radio avec énergie. C’est une femme de tête, mais elle a un passé trouble, qui est révélé au fil des épisodes. Elle est secondée par Leap (Tep Rindaro), veuf et père de deux filles, dont l’ainée, Sary, travaille à la station; la cadette, Mei, est quant à elle étudiante et en passe de terminer son cursus. Leap est un individu impulsif, au comportement parfois immature, mais qui compense son manque d’intelligence par un caractère sensible et généreux. Il est très protecteur et dirigiste à l’égard de ses rejetons, son comportement intrusif étant source récurrente de conflits familiaux. C’est le personnage le plus agaçant de la série, où il ne tient pas une place centrale.

vlcsnap-2016-03-12-22h56m20s946

Sary (Ou Borem) est une excellente présentatrice de radio, son émission où elle reçoit les confidences des auditeurs ainsi que les débats autour de sujets de société qu’elle anime ont beaucoup de succès. Elle a une idylle avec Dara, le DJ de la station, mais leur relation est mal vue par son père Leap qui cherche par tous les moyens à y mettre fin. Sary a au cours de la série de sérieux ennuis financiers: crédule, elle est victime d’une voyante qui escroque ses clients et, voulant rembourser ses dettes, tombe dans les rets d’un usurier aux pratiques maffieuses, tout en perdant ses dernières économies en fréquentant un cercle de jeu clandestin. Dara, quant à lui, est un jeune DJ assez excentrique, mais qui a de bonnes idées pour la station, comme mener une campagne en faveur de la sécurité routière. Cependant, il n’est pas pris au sérieux par ses collègues, ses initiatives étant fréquemment ignorées par la direction de KMR.

vlcsnap-2016-03-12-23h22m33s463

Vattana (Keo Sovanyuth) est le bad boy de la série. Ce jeune délinquant fait irruption dans la vie de Bopha en affirmant qu’il est le fils qu’elle a abandonné peu après l’avoir mis au monde. Il gagne sa vie en faisant des cambriolages, dont celui d’une mosquée, et ira même jusqu’à dévaliser nuitamment les locaux de la radio de sa mère. Il subtilise des sujets d’examen devant être soumis à des étudiants en médecine, qu’il monnaie au prix fort. Ses relations avec Bopha sont tumultueuses, aggravées par son addiction à des produits pharmaceutiques et ses fréquents mensonges (il prétend être atteint d’un cancer pour apitoyer sa mère et l’inciter à financer son prétendu traitement). Il cherche à séduire Mei et à la soustraire à sa famille. Vattana est un garnement incontrôlable qui dynamite régulièrement la trame narrative de la série.

vlcsnap-2016-03-13-00h05m43s107

Parmi le personnel de la station, quelques protagonistes n’ont pas un rôle prépondérant: Socheat est pote avec tout le monde et a tendance à s’immiscer dans la vie personnelle de ses collègues, jouant volontiers un rôle de conciliateur; Vicheka a un poste subalterne et ambitionne d’avoir sa propre émission. Cependant, un personnage de journaliste tient une place de premier plan: Sokhum (Ang Chhay Ti). Reporter de terrain, il est envoyé sur les lieux d’une émeute survenue dans le quartier d’une mosquée venant d’être incendiée. Il côtoie alors les Chams, communauté musulmane du Cambodge autrefois persécutée mais qui bénéficie à présent de l’aide de L’État pour favoriser son épanouissement dans la société. Sokhum rencontre  Farina (Pov Lida), une jeune musulmane dont il s’éprend et qui, suite à son interview diffusée sur KMR, sera recrutée par la radio et obtiendra sa propre émission traitant de problématiques religieuses et inter-communautaires.

vlcsnap-2016-03-12-23h57m51s649

Farina débute une carrière radiophonique fructueuse, mais sa relation avec Sokhum est houleuse. Ce dernier a des origines musulmanes, mais n’assume pas son appartenance religieuse. Le père de Farina, un traditionaliste convaincu, est défavorable à leur union et veut imposer à Farina un époux pratiquant: ce sera Yakub, un jeune Cham qui a beaucoup voyagé, mais dont l’apparence convenable cache un passé douteux et une proximité dangereuse avec l’Islam radical. J’ai trouvé que ce personnage n’était pas le plus convaincant de la série, son côté obscur n’apparaissant jamais vraiment crédible. Par contre, la petite sœur de Farina, Nori, a une personnalité intéressante: adolescente rebelle, elle s’oppose aux idées conservatrices de son géniteur et cherche à une forme d’émancipation en s’inscrivant à son insu à un radio-crochet. Nori, même si elle ne va pas jusqu’à abandonner le voile, incarne néanmoins une vision moins rigoriste de la pratique religieuse que celle de son père.

vlcsnap-2016-03-12-23h35m50s917

Un autre axe scénaristique majeur de la série concerne la vie difficile de Chantha (Mary Neth), la réceptionniste de la radio. Elle cherche à dissimuler aux autres employés ses conditions de vie modestes: elle cohabite avec sa mère alcoolique, Kakada, dans un logement insalubre. Kakada épouse Som Ritisak, un individu aimable au premier abord, mais qui s’avère brutal, allant même jusqu’à violer Chantha. Si cette dernière plonge au fil des épisodes dans un quotidien de plus en plus noir, elle peut aussi à l’occasion jouer un rôle positif, comme lorsqu’elle infiltre une radio concurrente de KMR, Dragon FM, une station à la programmation racoleuse et stupide (dont témoigne par exemple l’organisation d’un concours de gavage de rouleaux de printemps). La mission d’espionnage de Chantha permettra à KMR de discréditer son concurrent, tout en recrutant le meilleur élément de Dragon FM, DJ Sotha, un boute-en-train, orphelin au grand cœur et désireux de tendre la main aux enfants abandonnés (malheureusement, un personnage qui manque d’épaisseur et reste en retrait).

vlcsnap-2016-03-13-00h20m21s671

Airwaves développe une profusion d’intrigues souvent prenantes, mais parfois d’un intérêt limité. J’ai trouvé qu’il y avait un peu trop d’intrigues sentimentales et que certaines scènes tombaient dans un pathos excessif, tandis que quelques coïncidences étaient difficiles à admettre. De plus, l’épisode final multiplie les cliffhangers alors que le filmage d’une seconde saison reste plus qu’incertain. Malgré ces quelques points négatifs, c’est une série très attachante, la distribution est d’une qualité très homogène et les rebondissements sont pour la plupart bien amenés. La fiction permet en outre d’avoir un aperçu du mode de vie de la communauté des Chams, des mentalités de leurs représentants ainsi que de leur perception par la population khmère majoritaire.

vlcsnap-2016-03-13-00h15m24s987

Cependant, malgré son caractère instructif, on peut trouver à Airwaves un côté politiquement correct, voire parfois moralisateur (par exemple, concernant la prévention routière). La série plaide pour le rapprochement entre communautés en insistant sur la nécessité d’intégrer harmonieusement les Chams à la société, les présentant sous leur meilleur jour au travers de la personnalité emblématique de Farina. Il est vrai que le programme a été financé par le département d’État américain dans le but de décourager le fondamentalisme islamique et de mettre en valeur les musulmans modérés, dans un contexte de percée de l’extrémisme parmi les Chams. Des arrière-pensées qui sont perceptibles par moments lors du visionnage (en particulier pour ce qui concerne Yakub, un personnage d’islamiste laissé délibérément au second plan), mais qui ne nuisent finalement pas à la série, qui reste globalement prenante et plutôt divertissante. Je suis curieux à présent de découvrir de nouveaux feuilletons issus à 100% du pays du Sourire (l’intrigue d’Airwaves a été créée avec l’aide de scénaristes britanniques, le réalisateur, Chum Chan Dorn, étant cependant cambodgien). KMF en propose quelques uns sur sa chaîne YouTube, de quoi satisfaire la curiosité des sériephiles.

vlcsnap-2016-03-12-23h55m43s035

Advertisements