Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

aquagen4

Quelques mois après avoir présenté une série policière tchèque (Clona), j’ai eu l’occasion de visionner cette curieuse fiction résolument fantaisiste, dont le caractère hautement excentrique tranche avec le classicisme de Clona. Tout comme cette dernière, Neviditelní a été proposée (après sa première diffusion sur la télévision publique tchèque) par Channel 4 dans le cadre du service de VOD cosmopolite de la chaîne, Walter Presents, ce qui nous permet de disposer de sous-titres anglais, habituellement difficiles à trouver pour les séries d’Europe de l’est (soit dit en passant, on espère que l’équivalent de Walter Presents verra bientôt le jour, à destination du public francophone). En 13 épisodes d’une heure, écrite et réalisée par Radek Bajgar, la série se déroule dans un univers alternatif où les humains normaux cohabitent avec une race secrète de créatures aquatiques, les nixes, qui se distinguent seulement de tout un chacun par une modification génétique de leur hémoglobine leur permettant de respirer sous l’eau.

aquagen15

L’idée de départ est absurde, suspendre son incrédulité est donc requis pour apprécier pleinement le feuilleton, qui accumule les situations rocambolesques en usant d’un ton humoristique décalé. Bien que ne se prenant pas au sérieux, la création de Radek Bajgar développe un univers très étoffé, inventant pour ces invraisemblables nixes un passé remontant aux origines de la chrétienté, une religion déviée du dogme catholique accompagnée de mythes ancestraux et de prophéties messianiques. La série se déroule à Prague, nous faisant découvrir la beauté de certains quartiers, qu’il s’agisse des abords de la Vltava ou du quartier historique de Vyšehrad, connu pour son cimetière (déjà présent dans un épisode de Lovejoy, The Prague sun) et sa forteresse offrant une vue panoramique sur la ville, une imposante table d’orientation permettant de situer les principaux monuments.

aquagen12

Le premier épisode nous introduit dans ce monde délirant en le présentant sous la forme d’un faux documentaire. Hubert Vydra (George Bartoška) préside le grand conseil des nixes, qui se réunit dans un lieu souterrain encombré de canalisations suintantes d’humidité. Il est un grand patron prospère, qui gère un réseau national d’eau potable ainsi que les égouts de Prague. Hubert subit l’influence de sa femme Nora (Ivana Chýlková), manœuvrière et ambitieuse, qui le pousse à acquérir toujours plus de pouvoir et tente de persuader son fils Robert (Krystof Hádek, qui avait un rôle central dans Clona, où il interprétait le caméraman) de trouver une épouse disposant d’un patrimoine génétique à 100% « aquagène », pour avoir une descendance composée d’êtres purement aquatiques.

aquagen10

Robert est un jeune homme nonchalant, qui rechigne à suivre la voie toute tracée que ses parents lui préconisent. Noceur et peu studieux, il est menacé par son père d’être envoyé dans une institution mystérieuse réservée aux nixes récalcitrants, où il sera élevé à la dure. Il gagne sa vie en effectuant quelques petits jobs, comme un travail tout indiqué pour lui de maître-nageur sur une plage aux abords de la Vltava, où il rencontre Berková, une fille dont le passe-temps de prédilection consiste à noyer les personnes infortunées qui croisent son chemin aux abords de l’eau. Robert est scandalisé par son comportement, en particulier lorsqu’elle veut maintenir immergée la tête d’un enfant, mais plus tard, il finit par prendre goût à cette pratique répréhensible, prenant un malin plaisir à être son complice pour faire couler les occupants d’un caboteur, avant de participer au sabordage d’un ferry-boat bondé de passagers.

aquagen13

Robert, par appât du gain, est aussi prêt à monter une arnaque bien dans ses cordes: organiser des paris de plongée en apnée, où il fait monter les enchères avant de battre à plates coutures les simples humains qui tentent de se mesurer à lui. Le rejeton Vydra tombe amoureux de Johana Baretti (Kristýna Boková), fille d’Eduard Baretti (Ludek Sobota). Johana et son père sont eux aussi des nixes, mais rebelles: ils vivent sur une péniche, à l’écart de leurs congénères. Eduard est en désaccord avec Hubert (son successeur à la tête du conseil) concernant l’attitude à adopter envers les humains ordinaires, il est contre le fait de maintenir secrète l’existence des nixes (par tous les moyens) et milite pour un coming-out général, tout en développant des idées révolutionnaires sur le rôle que peut jouer le peuple de l’eau en faveur de l’humanité.

aquagen6

Johana est une fille au caractère affirmé, qui travaille comme infirmière dans un hôpital pour nixes, où elle se charge des analyses génétiques. Son père lui dissimule un lourd secret qui, une fois révélé, ne manque pas de la bouleverser et de mettre en péril son idylle avec Robert. Malheureusement, les personnages de Johana et Robert disparaissent inopinément de l’écran aux deux-tiers de la saison, leur intrigue se terminant…en queue de poisson. Les acteurs étaient-ils indisponibles pour le tournage des derniers épisodes? En tout cas, leur absence soudaine nuit à la continuité dramatique  de la série. Par contre, un autre personnage est omniprésent du début à la fin et acquiert un rôle central: Ivan Lausman (joué par Jiri Langmajer).

aquagen7

Lausman est un lobbyiste sans scrupules, un entrepreneur malhonnête rompu à tous types de malversations. Lorsqu’il se retrouve en grande difficulté, accablé de poursuites judiciaires, il tente de se suicider en s’immergeant dans le fleuve. Cependant, il survit en étant resté dans l’eau pendant 12 heures, prouvant ainsi qu’il possède, sans le savoir, des gènes aquatiques Son repêchage miraculeux, filmé par la télévision, alerte le conseil des nixes, qui souhaite le faire disparaitre au plus vite, de peur que sa véritable nature ne s’ébruite. Deux agents sont envoyés pour le capturer et le tuer par dessèchement (le moyen employé pour l’occire consiste à l’exposer au souffle chaud d’une batterie de sèche-cheveux), mais il échappe à ses poursuivants et trouve refuge dans la péniche des Baretti.

aquagen11

Lausman est un protagoniste très romanesque, un bandit insaisissable, as du déguisement et grand opportuniste. C’est un filou sympathique, qui se révèle bientôt correspondre au profil du messie annoncé dans de vieux parchemins: son taux  de gène aquatiques s’élève à 105%! En découvrant une mythique source d’eau de jouvence souterraine, il constate ses effets inattendus sur sa virilité. Lors de péripéties incroyables, il parvient à échapper aux filets de la police, déjouant les stratagèmes tordus de la commissaire Jará  (Simona Babcáková) et de l’inspecteur Trpelka pour le coincer. Il faut dire que le duo de flics a le chic pour se ridiculiser et échouer lamentablement. Mais Lausman a un handicap sérieux: une petite amie encombrante, qui multiplie les bourdes et s’avère la meilleure alliée (involontaire) de la police. Monika (Barbora Poláková) est une bimbo aussi nunuche que superficielle, obsédée par son régime et l’argent qui lui permet de maintenir son train de vie luxueux: un personnage imprévisible, totalement décalé avec le reste des protagonistes, ingénu et drôlatique.

aquagen9

Lausman a aussi affaire à un singulier trio envoyé à ses trousses, les dryades Lige, Thea et Agla (une blonde, une rousse et une brune), mercenaires de choc au service d’Hubert Vydra, entraînées pour toutes sortes de missions à haut risque. Elles semble tout droit sorties d’une bande dessinée de superhéros. Susceptibles, elles refusent qu’on les appelle des dryades, préférant la dénomination plus flatteuse de sirènes. Elles ingèrent des pilules « anti-hommes » pour éviter d’avoir la moindre attirance à leur égard, mais finissent par tomber sous le charme de Lausman après que celui-ci ait plongé dans la source souterraine virilisante. Un trio pittoresque qui aurait mérité d’être plus présent dans le scénario, où seule la rousse Agla (Jana Plodková) joue un rôle notable dans les derniers épisodes. L’adversaire la plus acharnée de Lausman reste Doktorka Mrácková (Lenka Vlasáková), une femme avide de pouvoir, au passé trouble, agent double au service des nixes et du Vatican, qui prend régulièrement des bains de jouvence pour conserver une apparence éternellement jeune.

aquagen5

La série multiplie les intrigues loufoques, faisant intervenir des personnages excentriques, comme Krysa (Radek Holub), le gardien de la source sacrée, vieux de plusieurs centaines d’années, qui vit en ermite dans les souterrains de Vyšehrad et capture les imprudents qui s’aventurent trop près de son repaire, ou encore Otec Voda, un prêtre aquatique qui jette aux orties le célibat de sa fonction pour une relation de couple avec la commissaire Jará, une célibataire endurcie devenue femme au foyer aimante suite à une séance d’hypnose. Parmi les gags les plus réussis, citons les expérimentations hasardeuses d’Hubert Vydra, consistant à déverser dans les canalisations des algues vertes en quantité ou encore des larves de « turbo grenouilles », créatures modifiées génétiquement pour bénéficier d’une croissance ultrarapide. On le soupçonne alors d’être de mèche avec un distributeur d’eau minérale, afin de dissuader les habitants de Prague de consommer l’eau du robinet.

aquagen14

Neviditelní fourmille d’éléments insolites. L’alimentation curieuse des nixes, peu ragoutante, est décrite en détails: grenouilles, poissons pourris (utilisé dans une recette infecte qu’affectionne Eduard, le capradour), plats à base de moisissures, eaux lacustres de différents millésimes…La religion aquatique, centrée sur le culte de saint Jean-Baptiste, patron des nixes, suit un rite particulier, où « amen » et remplacée par un mot signifiant « saumon », accompagné d’un mouvement ondulant de la main et où les morts ne sont pas enterrés, mais engloutis dans les rivières souterraines. Les nixes se revendiquent comme les détenteurs de la vraie foi, leurs ancêtres étant pour eux les paléochrétiens authentiques, victimes sous l’empereur Constantin d’une tentative d’effacer toutes traces de leur culte. Dans leur vie quotidienne, ils se saluent en usant de l’expression « pas besoin qu’il pleuve, pourvu qu’il bruine » et, pour se détendre, se shootent au moyen d’ inhalations de chlorine.

aquagen19

L’univers foutraque de la série est très fouillé et n’omet pas quelques références à des personnages connus. Les détectives qui traquent les nixes soupçonnent James Cameron, le commandant Cousteau ou encore Yvetta Hlaváčová (une sportive qui nagea sur la distance record de 142 kilomètres dans le cours de la Vltava) de faire partie des êtres aquatiques. Il y a également quelques références inattendues à la littérature tchèque: sont ainsi cité Miloš Urban, l’auteur d’Hastrman (Le génie des eaux), mais aussi Karel Jaromír Erben, un poète dont la ballade Le Vodnik (mot que l’on peut traduire par « ondin ») est évoquée par l’inspecteur Trpelka dans un accès de lyrisme. Il semble que Radek Bajgar a souhaité exploiter à fond le thème de son feuilleton en abordant les légendes aquatiques sous toutes les facettes, quitte à perdre parfois le téléspectateur dans les méandres de son imagination débordante.

aquagen16

Finalement, Neviditelní n’est qu’une demi réussite. La série a un univers indéniablement original, les protagonistes possèdent un grain de folie qui les rend savoureux, les décors praguois sont bien exploités et mis en valeur. Mais la structure de la saison est bancale: l’intrigue se complexifie de façon inutile en introduisant de nouveaux enjeux au bout de quelques heures, des personnages prépondérants passent à la trappe sans raison valable, les trois derniers épisodes sont marqués par un certain essoufflement du scénario A cet égard, peut-être la saison est-elle trop longue? Comme le dit l’adage, les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Reste une fiction plaisante et attachante pour qui est sensible à la fantaisie gentiment loufoque qui s’en dégage. En somme, une série « high concept », pour reprendre une expression à la mode, pas totalement maitrisée mais qui a le mérite de faire preuve d’une créativité singulière au service de la comédie la plus débridée.

aquagen3

Publicités