Mots-clefs

, ,

37aefd05-7951-4c80-87ce-5ab0d832802d_zpsmqmas0sw

Il est des moments enthousiasmants pour un sériephile: lorsque l’on découvre la fiction télé d’un pays et que celle-ci s’avère originale et brillante. C’est ce que j’ai ressenti l’an dernier en visionnant pour la première fois des séries pakistanaises, et plus particulièrement des classiques de la chaîne PTV, des productions de qualité datant des années 80 et 90. Malheureusement, ne comprenant pas l’urdu, j’ai dû me cantonner à une poignée de séries sous-titrées. Cependant, par chance ce furent de vraies pépites. Leurs caractéristiques: un style naturaliste, des dialogues pleins d’esprit joués avec décontraction et des intrigues intelligemment conçues. Comme par exemple Alpha Bravo Charlie, suite donnée à la série Sunehre Din (hélas non sous-titrée à ce jour) et qui comporte 15 épisodes. Le réalisateur, Shoaib Mansoor, est fameux dans son pays aussi bien pour ses créations cinématographiques que télévisuelles. Précisons d’emblée ce que la série n’est pas: bien que traitant de l’armée pakistanaise, il ne s’agit nullement d’une œuvre de propagande. C’est un récit très humain passant de la comédie au drame et s’intéressant particulièrement à la façon dont ses protagonistes réagissent aussi bien aux contraintes de la vie militaire qu’aux horreurs de la guerre.

b57c2a33-a4a1-4976-901d-0039f84421c5_zpsei9xdlha

Au centre de la série, trois personnages principaux, tous capitaines de l’armée pakistanaise, liés par une indéfectible amitié. Faraz, issu d’une famille richissime, un militaire modèle au physique avenant. Kashif, fils d’un haut gradé, qui est initialement réticent à suivre une carrière militaire (en partie pour défier son père) mais finira par se révéler valeureux sur le terrain. C’est le plus farceur du trio. Gulsher, fils d’un JCO (Junior Commissionned Officer) est issu d’un milieu plus modeste que celui de ses compagnons. Humble mais gaffeur et peu sûr de lui, il va cependant épouser une fille de bonne famille, Shahnaz. Nièce d’un lieutenant-général à la retraite, celle-ci est une institutrice confiante et au caractère bien trempé, à l’opposé de son mari.

2f8e77b3-e2c6-44f4-b173-949311bc8b68_zpsa8hy6wrq

Les premiers épisodes multiplient les scènes cocasses: la tendance à la corruption au sein de la hiérarchie militaire est brocardée et on suit les péripéties vécues par les soldats faisant leurs classes. Basés à Lahore, les militaires se rendent dans le désert pour effectuer des manœuvres où une course de tanks improvisée par Kashif et ses camarades cause le courroux de leur officier instructeur. Cependant, arrivé au cinquième épisode, les choses sérieuses commencent. Gulsher est envoyé en Bosnie pour participer à une mission de maintien de la paix sous l’égide de l’ONU. Kashif, quant à lui,  est assigné dans les montagnes du Karakoram, sur le glacier de Siachen, où un conflit territorial avec l’Inde s’éternise.  Faraz n’ obtient pas d’assignation et son personnage, occupé à des œuvres de bienfaisance, passe alors en retrait.

07c2322c-044a-466a-bbbc-f71948dd11b7_zpsnqpkr5pd

Les passages  situés dans les montagnes du Cachemire, spectaculaires, livrent des moments d’une forte intensité dramatique, les escarmouches sanglantes entres armées montrant l’absurdité de ce conflit lancinant et larvé. En Bosnie, envoyé près de Mostar dans une zone ravagée par les bombardements, Gulsher recueille des témoignages effroyables sur la purification ethnique pratiquée par les serbes. Engagées dans une opération épineuse visant à protéger les populations musulmanes, les forces pakistanaises risquent de se retrouver en première ligne dans des affrontements meurtriers avec les belligérants. La série aborde également avec acuité la question du traumatisme post-combat. Cependant, si les destins de Gulsher et Kashif forment l’aspect le plus sombre et poignant d’Alpha Bravo Charlie, le personnage le plus marquant reste celui de Shahnaz. L’actrice Shahnaz Khan est très inspirée dans son interprétation de Shahnaaz Sher, une femme de tête à la personnalité complexe et dotée d’une philosophie de vie à la logique parfois déconcertante. Pour le moins versatile, elle a successivement une liaison avec chacun des trois militaires. Ses dialogues pleins d’humour avec Gulsher constituent les passages les plus savoureux de la série.

ff7d78ea-eb72-4375-b3a3-8c6bfdf57d70_zpssw9dwxnh

Shoaib Mansoor a presque réussi ici un sans faute. On pourra juste regretter un manque de complicité entre Shahnaz et Faraz dans certaines scènes. Ou encore la scène finale où une voix off monocorde résume de façon lapidaire les destins des protagonistes. Mais globalement, la série marque par son habileté à exploiter une gamme de registres allant de l’humour au drame humain en passant par les tourments sentimentaux. La réalisation, bien que pouvant sembler à de rares moments un peu artisanale aux yeux des téléspectateurs d’aujourd’hui, privilégie un style réaliste très maîtrisé proche du reportage, contribuant également à faire d’Alpha Bravo Charlie une série de guerre addictive, aussi mémorable qu’attachante.

e2d438c7-132b-4e57-b87f-1a4a2656e48a_zps9c2xi20d

 

Publicités